Inventer l’écriture

À partir d’aujourd’hui en librairie

Couverture-V1Cet ouvrage est à la fois une étude historique et une réflexion théorique, à la découverte d’un phénomène méconnu : l’invention et l’usage d’écritures chez les Indiens d’Amérique du Nord. Entre le XVIIe et le XIXe siècles, des prophètes et des chamanes élaborèrent des techniques d’inscription originales afin d’assurer la transmission de discours cérémoniels. Ces écritures sont, pour la première fois, comparées les unes aux autres à partir d’un dépouillement le plus exhaustif possible, qui permet de démontrer que les Indiens d’Amérique des Nord inventèrent des écritures sélectives dont les principes de notation différaient profondément de ceux des écritures qui nous sont familières – tel l’alphabet latin.

Inventer l’écriture permet de formuler une hypothèse novatrice. Toutes les écritures, au moment de leur invention, furent des écritures attachées : elles étaient destinées à transcrire des discours rituels préexistants dans le cadre d’institutions qui en organisaient la transmission et la récitation. Ce renversement de perspective permet de renouveler la réflexion sur l’origine des grandes écritures apparues au cours de l’histoire de l’humanité, en Mésopotamie, en Égypte, en Chine et chez les Maya. Le problème de l’invention de l’écriture s’affranchit ainsi des approches évolutionnistes qui n’ont jamais su aborder correctement les écritures sélectives, mais aussi des approches sociologiques qui se contentent de lier l’apparition de l’écriture à la genèse de l’État.

Inventer l’écriture propose une série d’outils conceptuels permettant de répondre à une question simple : pourquoi les humains ont-ils à diverses reprises fourni l’effort intellectuel immense que nécessite l’invention d’une écriture ?

Pour en savoir plus, il est possible d’écouter l’émission Babylone du 18 novembre 2013 diffusée sur Espace 2. C’est par ici.

Des recensions sont parues dans Social Anthropology (22-1, 2014, par Olivier Morin), Annales. Histoire, Sciences Sociales (71-2, 2016, par Paul Cohen) et Recherches amérindiennes au Québec (46, 2016, par Richard Lefebvre).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s